Photo Stopper le nucléaire : quelles alternatives ?

Stopper le nucléaire : quelles alternatives ?

Le Nucléaire

L'utilisation du nucléaire comme principale source d'énergie électrique présente non seulement un danger public mais aussi un risque de dépendance. En effet, les grands pays industrialisés comme la France dépendent grandement du nucléaire pour produire de l'électricité en continu et en quantité suffisante. Toutefois, les acteurs du milieu sont actuellement à la recherche d'alternatives au nucléaire comme le fait André-Jacques Auberton-Hervé par le biais de ses deux sociétés 4A Consulting & Engineering et Soitec. La première est spécialisée dans la gestion de projets importants touchant les énergies renouvelables et la seconde dans la production de silicium pour les semi-conducteurs.

L'utilisation des énergies renouvelables, une alternative sérieuse

André-Jacques Auberton-Hervé à travers 4A Consulting & Engineering propose des solutions efficaces en matière d'énergies renouvelables. Ses stratégies permettent de réduire fortement la dépendance vis-à-vis du nucléaire qui représente encore plus de 70% de la production d'électricité en France. L'objectif est de délaisser complètement le nucléaire pour les énergies renouvelables.

Le secteur des énergies propres est composé de diverses branches comme l'hydraulique qui est en tête de liste. C'est la première source d'énergie nouvelle dans la production d'électricité. On distingue aussi l'éolienne qui se développe dans les pays à fortes précipitations. Outre cela, la biomasse commence à se développer autour d'une politique bien ciblée des gouvernements qui recherchent des solutions à long terme. Son développement à grande échelle produirait une quantité importante d'électricité d'ici une dizaine d'années.

La cogénération pour sortir du nucléaire

La cogénération constitue un procédé de production d'électricité par le biais d'un moteur. Le système récupère la chaleur produite. Il évite ainsi la perte d'énergie calorifique. On peut alimenter le moteur par un combustible à l'image du bois ou du gaz naturel. Cette opération permet d'économiser sur le combustible en produisant en même temps de la chaleur et de l'électricité.

L'atout de cette technique innovante réside dans l'obtention d'un rendement autour de 80 à 90%. A noter que le rendement d'un moteur classique a du mal à dépasser les 40%. En outre, cette solution diminue les émissions de gaz à effet de serre en utilisant des énergies fossiles. C'est une alternative certes balbutiante mais efficace à la production d'électricité pour les chauffages domestiques : chaudière à gaz, chauffage électrique, etc. On peut vendre le surplus d'énergie, ce qui fait de la cogénération une solution rentable sur le long terme.

L'économie énergétique pour sortir progressivement du nucléaire

Eviter le gaspillage d'énergie représente une réelle alternative à la sortie progressive du nucléaire. On peut faire des économies en choisissant des luminaires moins énergivores dans le cadre d'un éclairage public et domestique responsable. De même, mettre au point des normes de consommation maximale d'énergie au sein des entreprises peut faire économiser une quantité non négligeable d'électricité.

Bien évidemment, la sortie progressive du nucléaire se fait dans une perspective collective d'économie d'énergie. Le gaspillage énergétique est tel qu'il est urgent de chercher des solutions viables et définitives. Cela passe entre autres par la fabrication de composants essentiels moins énergivores comme le silicium produit par Soitec.